La réfection ou création d’une pelouse proprement dite doit être précédée de la préparation du sol, afin de le rendre apte à une culture de qualité. Si tout se passe bien, vous n’aurez pas à refaire le travail avant de très nombreuses années.

La phase suivante est la mise en forme des terres. Si le modelé de terrain ne nécessite pas d’importants mouvements de terre, il se fera à l’aide d’une griffe et sera suivi d’un ratissage qui permettra d’affiner la surface et d’éliminer les plus grosses pierres affleurant la surface. Dans les terrains très caillouteux, pour éviter d’évacuer de grosses quantités de pierres et perdre du volume, on peut les enfouir sous 20 cm de terre. Cela contribue au drainage du sol.

Elimination de la végétation

Si du chiendent est présent sur votre terrain, il est indispensable de l’éliminer avant la création de votre pelouse, car tout produit chimique qui pourrait le détruire éliminerait également le gazon. Pulvérisez un désherbant systémique à base de Glyphosate, qui sera véhiculé par la sève dans toute la plante et n’aura pas de rémanence dans le sol. Il faudra attendre au moins 15 jours avant de travailler le sol pour que le produit ait le temps d’agir. Plus la végétation est active et développée, plus l’action est rapide. Si possible effectuez ce travail en lune descendante.
Il est également préférable de détruire au préalable le lierre, le liseron, les ronces et les chardons ou toute plante vivace non désirable. On pourra toutefois éliminer les repousses après l’implantation du gazon, sans qu’il ait à en souffrir. On appliquera alors un débroussaillant qui ne s’attaque qu’aux plantes à feuilles larges autres que les graminées.

Modelé de terrain-drainage

Si vous avez d’importants mouvements de terre à effectuer, vous serez obligé de faire appel à des moyens mécaniques. N’oubliez jamais qu’une forme un peu vallonnée mettra toujours mieux en valeur votre jardin. Dans le cas d’une mise en forme légère, une brouette, une pelle et une griffe suffiront à dégrossir la forme. Pour pouvoir l’effectuer facilement, il faut au préalable aérer le sol à la fourche à bêcher ou à la grelinette pour les petites surfaces, avec un motoculteur équipé d’un rotovator pour les grandes surfaces. Cet appareil nivellera le sol en même temps. Vous apporterez ensuite en surface les amendements qui permettront d’améliorer la structure et la texture du sol. Il faut une épaisseur minimale de 20 cm de terre pour que votre gazon s’installe correctement. Si ce n’est pas le cas, il faut importer de la terre végétale.

En zone humide, vous devez installer un drainage. Le réseau doit être constitué de drains espacés de 2 à 4 mètres, et reliés entre eux par un collecteur principal en respectant les lignes de pente, la pente minimum pour l’écoulement des eaux est d’un centimètre par mètre linéaire. On peut l’établir avec des matériaux naturels (sable, gravier, tuilots…) ou des tuyaux poreux en terre cuite ou PVC. Plus l’humidité est importante, plus le drain doit être gros et le réseau serré. Pour éviter le colmatage du drain, on le couvre d’un feutre géotextile imputrescible.

Intégration du système d’arrosage

La création des espaces verts est l’occasion d’intégrer le système d’arrosage, du simple robinet aux systèmes gérés par programmateur les plus sophistiqués. Si le réseau n’est pas hors gel, il faut prévoir un robinet d’arrêt et une purge manuelle ou automatique au point le plus bas du circuit.

Un arrosage intégré de base est constitué d’arroseurs répartis en un ou plusieurs réseaux en fonction de la quantité d’eau qu’ils distribuent et du débit de votre installation. On ne mélange jamais sur un même circuit des tuyères ayant un débit faible par rapport à la grande surface couverte, et des asperseurs qui ont au contraire un débit important, l’arrosage ne serait pas uniforme.

Dans les petits jardins on aura plutôt des asperseurs de faible portée, fixes ou rotatifs, alors que sur les grands espaces on utilisera des tuyères rotatives qui ont une portée plus importante.

Il faut établir un plan à l’échelle, y reporter les cercles d’aspersion des arroseurs en prévoyant une couverture à 200%, tous les cercles doivent se croiser intégralement pour obtenir une couverture uniforme, si vous ne voulez pas de « zone d’ombre ». Déterminez ensuite le ou les réseaux de distribution en indiquant le tracé des tuyauteries, l’emplacement des vannes manuelles ou électriques, du point d’eau, éventuellement du programmateur et de l’alimentation électrique. Aidez vous de crayons de couleur pour différencier les réseaux.

Comment refaire une pelouse ?
Rate this post

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here