En isolant vos murs ainsi que les parties auteurs de la déperdition de chaleur comme les enterrées et les combles, vous allez réduire à moitié votre facture énergétique. Encore faut-il opter pour le meilleur isolant ? Absolument, sauf que dans la pratique, les matériaux isolants les plus épais ne sont pas forcément les plus performants. Voilà qui explique l’essor des isolants à faibles épaisseurs dès qu’il est question de supprimer les ponts thermiques de son habitation en vue d’améliorer sa performance énergétique. Voici les essentiels à savoir sur ce sujet.

L’efficacité d’un isolant thermique faible épaisseur

Que ce soit pour les murs, pour le plafond ou pour les combles, l’isolation à faible épaisseur s’avère utile pour gagner de l’espace. Cela est d’autant plus intéressant encore en cas de problématique spécifique liée par l’isolation par l’intérieur. En tout cas, il faut toujours trouver des isolants efficaces qui répondent à un besoin spécifique.

Le plus souvent, lorsqu’on pense à améliorer l’isolation de sa maison, on s’attend toujours à perdre de l’espace habitable. Mais dans l’espoir de réaliser des économies énergétiques importantes après les travaux, on prend cela commence une récompense. Cependant, il est possible de supprimer efficacement les ponts thermiques sans pour autant réduire la surface habitable en optant pour l’isolant à faible épaisseur.

Les solutions d’isolation à faible épaisseur s’imposent en effet quand on souhaite réduire l’épaisseur d’isolant à mettre en place, mais en s’assurant d’obtenir une bonne performance thermique. Naturellement, les matériaux doivent posséder de caractéristiques équivalentes plus élevées à celles proposées par les isolants classiques.

Quel type d’isolant faible épaisseur pour les murs ?

L’isolation est l’une des solutions efficaces à adopter pour réduire la facture énergétique liée au chauffage. Toutefois, il importe de choisir le bon isolant. Vous l’aurez constaté, l’efficacité d’un isolant n’est pas toujours conditionnée par son épaisseur. Bien au contraire, les faibles épaisseurs sont souvent les plus satisfaisantes. Dans la pratique, l’efficacité d’un matériau isolant est exprimée selon sa résistance thermique. Cette dernière est désignée par R sur l’étiquette. Plus R est élevé, mieux sera l’isolant. Néanmoins, l’efficacité de R est paramétrée par l’épaisseur de la conductivité indiquée à toutes ces informations vous seront utiles pour choisir le type d’isolant adapté.

Parmi les solutions qui s’offrent à vous, vous pouvez miser sur la laine de roche, sur la laine de verre ou encore sur la fibre de bois. Lorsqu’on parle d’isolation thermique ou isolant mince, l’ouate de cellulose et le liège sont les plus prisés. Cela en va de même pour le polyuréthane qui peut être extrudé ou expansé. Pour les isolants suscités, l’idéal serait de miser sur une épaisseur se trouvant entre 14 et 18 cm afin de garantir une isolation efficace.

Quoi qu’il en soit, vous devez toujours rester attentif sur le coefficient de conductivité thermique ou PIV, qui se situe idéalement entre 0,004 2 et 0,005 0 W/m. K. Pour vous aider à y voir plus clair, la résistance thermique du PIV d’1 cm équivaut à 6 cm de polystyrène expansé contre 9 cm pour la laine minérale. Grâce à une telle solution, il est possible désormais d’isoler les habitations de surface restreinte de l’intérieur.

L’isolation thermique du plafond à faible épaisseur

Que vous souhaitiez isoler votre plafond, votre mur intérieur ou extérieur, l’isolation thermique à faible épaisseur reste un très bon choix. C’est un moyen de gagner de l’espace sans pour autant laisser le souci thermique au second plan. D’ailleurs, les fabricants et les grandes marques spécialisées ont conçu des isolants avec une structure bien spécifique pour répondre aux besoins spécifiques des clients. Grâce à une technologie bien pensée, les performances thermiques du matériau isolant sont accrues et efficaces en dépit de sa faible épaisseur.

Si l’on peut aujourd’hui facilement garantir l’isolation thermique du plafond, c’est grâce à l’isolant à faible épaisseur. Pour seulement 50 mm de cet isolant, on peut s’attendre à une conductivité thermique importante de 0,033 W/m. K pour une résistance thermique de 1,50 m2.K/W. hormis le plafond ou le faux plafond, il est également possible de faire recours à cet isolant pour les cloisons distributives. Dans ce sens, il se glisse facilement entre les rails de l’ossature métallique. Ce dispositif permet de réduire jusqu’à 27,2 décibels l’isolation phonique étant posée entre deux plaques de plâtre.

De manière générale, l’isolant à faible épaisseur est doté d’une microporosité pour garantir sa qualité isolante. À cela s’ajoute une mise en œuvre ultra facile, sachant qu’il suffit juste du fixe avec une colle qui accompagne le produit. De ce fait, vous pourrez profiter d’un isolant dépourvu de lame d’air. Ce qui rend le matériau pratique et efficace. Le plus souvent, l’isolant est doté d’une enveloppe imperméable pour effectuer l’isolation du plafond avec seulement 4 cm de matériau pour une résistance thermique de 6,61. C’est un atout majeur pour réaliser une économie considérable, non seulement sur les factures d’énergies, mais aussi sur les travaux.

Les panneaux isolants sous vide (PIV)

Le PIV est l’acronyme du panneau d’isolants sous vide. Il représente la nouvelle génération d’isolants qui connaît un franc succès ces dernières années avec des qualités thermiques incroyables. Ultra-mince, le PIV se compose généralement d’un matériau « âme », qui est confiné dans un film étanche que l’on met ensuite en dépression. Très performant, ce dispositif est encore peu répandu dans le commerce en raison de son prix assez élevé.

Si le PIV fait autant l’unanimité, c’est parce que les capacités thermiques qu’ils proposent sont exceptionnelles. Si l’on se réfère à son coefficient de conductivité thermique, il se trouve entre 0,004 2 et 0,005 0 W/m.K. Plus concrètement, 1 cm de PIV représente 6 cm de polystyrène expansé et 9 cm de laine minérale.

Du point de vue isolation phonique, le PIV est encore peu étudié. Cependant, le fait que le matériau soit constitué d’aérogels permet de déduire qu’il possède aussi d’excellentes capacités de réduction de bruits.

Les avantages du PIV

Le PIV et l’aérogel sont comparés souvent en raison de leurs caractéristiques proches, voire similaires. Ainsi, le PIV présente les mêmes avantages que l’aérogel dont :

  • Matière extrêmement fine permettant un gain d’espace important dans le logement.
  • Une grande résistance aux hautes températures allant jusqu’à 200 °C
  • Matériau 3 fois plus performant par rapport aux isolants classiques.
  • Imperméable et ne demande aucun pare-vapeur.
  • Fortement incompressible
  • Installation extrêmement facile
  • Conductivité thermique faible pour une parfaite isolation.
  • Une durée de vie optimale, etc.

Les inconvénients du PIV

En dépit d’une efficacité louable, l’aérogel comme le PIV comportent quelques inconvénients. Dans un premier temps, c’est une matière chimique, dont les effets sur le long terme peuvent faire peur quoique pas encore connus. Étant donné que le matériau résiste très bien aux fortes températures, aucune étude n’a démontré pour l’heure qu’il n’est pas toxique et qu’il ne présente aucun danger pour la santé. Aussi, on sait tous que son prix est élevé, probablement en raison du fait qu’il soit difficile à produire. Ultra-sensible aux chocs, l’isolant risque de perdre ses performances d’isolation si jamais il est percé.

En ce qui concerne sa pose, elle est quand même complexe étant donné qu’il ne doit ni être coupé ni être percé. Puisqu’il doit toujours être pris à juste mesure, cela ne rend pas les tâches moins compliquées. Du point de vue écologique, le PIV est polluant et non recyclable.

Ceci étant dit, les raisons qui peuvent rendre les foyers réticents à l’idée d’opter pour le PIV sont : la fragilité des panneaux sous vide, lui rendant très sensible aux chocs, le coût qui est très élevé comparé aux laines classiques, une pose complexe et un mauvais impact sur l’environnement.

Mais comme toutes autres choses, chaque matériau isolant a ses lots d’avantages et de points faibles. Ce serait dommage de passer à côté de tous ses atouts pour quelques points négatifs alors qu’à chaque matériau ses bémols. En bref, le PIV reste quand même un bon compromis.


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here